De bien loin

par ©dominique ottavi. Tous droits réservés.  -  26 Avril 2013, 10:00

De bien loin

De bien loin

par

Borja Bandrés Ottavi

www.debienloin.com

Ce livre serait le pendant contemporain des "Souffrances du jeune Werther" du grand, immense, Goethe. Apprentissage, éducation sentimentale, quête de soi par le biais du voyage. Le héros se débat, avec ses doutes, ses incertitudes, ses manques, ses démons, tapis dans l'ombre et dont il veut se défaire à tout prix. Dans cette entreprise il est considérablement aidé par un tissu relationnel très dense, où il trouve toujours accueil, écoute et réconfort. Mais le combat c'est bien lui qui le mène, seul.

"En acceptant, ses désirs disparaissaient. Ceux-ci n'étaient qu'une forme de rejet : il n'aimait pas ce qui lui était donné et il désirait le changer. Manquer de désirs voulait dire être heureux avec sa personne, avec sa vie et être reconnaissant pour ce qu'il était et ce qu'il avait. Ainsi il n'avait besoin de rien d'autre et tout arrivait. En profonde acceptation, sans choix, l'ego, cette ombre qui le suivait partout, disparaissait..."

" De la même façon, le voyage de Kolya lui enseigna à adapter son attitude en fonction des circonstances, au lieu d'essayer de changer les circonstances pour les adapter à son attitude."

écrit à l'origine dans sa langue - espagnol-, Borja a fait le tour de force d'adapter son texte en un français un peu, par moments, approximatif, qui ajoute, s'il est besoin, au charme fou de son récit.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
B
Aider les gens c'est plus simple qu'on ne le pense. Il suffit de petits gestes comme celui-ci. Je suis ravi de pouvoir toucher votre sensibilité avec mon livre, en vous rappelant peut-être, comme c'est ton cas Dumè, ta jeunesse, ou en vous apprenant quelque chose de vous-mêmes. Mais il n'en serait rien sans vos commentaires qui me permettent de donner un sens à ce que je fais.

Alors merci à vous deux!
Répondre
B
Mon très cher Dume,

Face à des critiques comme la tienne, totalement imprévue, je ne sais vraiment pas quoi dire. Non seulement tu m'as aidé et tu as montré de l’intérêt pour ce que je faisais depuis le premier moment, non seulement tu m'as acheté un livre, non seulement tu l'as lu, mais en plus tu publies dans ta propre page web ce commentaire qui m'arrive droit au cœur. Dans un monde ou l'on se demande souvent pour qui on écrit, et quel sens à notre travail quand l'indifférence règne et le silence est la seule réponse à notre enthousiasme et à notre passion, il y a comme ça, des gens comme toi, qui nous font comprendre pourquoi nous sommes ici.

Rajouter des mots serait inutile. Alors merci, franchement. Merci.
Répondre
D
merci Yolanda, merci. J'ignorais que mon petit "texte critique" serait accueilli avec autant de chaleur. Ca me touche, comme me touche vraiment le livre de Borja : j'y retrouve des interrogations de ma jeunesse, la même détermination aussi à trouver sa propre solution... Bon, je suis content. Bises
Y
Super, Dominique,

Ta critique littéraire est superbe, tendre, chaleureuse, spontanée, et pleine d'amour. Kolya sera ravi d'avoir un "parrain" si inconditionnel et si proche de ce qu'il est.
Et ses lecteurs tout autant.
Merci au nom des enthousiastes de "De Bien Loin"