Il y eut

par ©Dominique Ottavi. Tous droits réservés.  -  27 Février 2013, 00:47

Il y eut un soir, il y eut un matin. Le grand horloger s'en lavait déjà les mains. La pierre était ponce et pourtant Pilate mentait. Il y eut un soir, il y eut un matin. Mariette s'en allait, en haut de la colline, guetter le train. Elle n'avait pas vu la lettre déposée, au manteau de la cheminée, par la mère,2013-02-23-15.52.02.jpg avant son lever. Mariette ne voyait rien, toute à ses pensées. Le train est arrivé. Elle a couru. Quai désert. Sifflements. Fumées. "Ca va, Mariette ?" il a lancé, le chef de gare. Comme d'ordinaire, elle n'a pas répondu. Elle est rentrée. A trouvé la lettre. Je crois qu'elle a pleuré. Il y eut un soir, il y eut un matin. Il y a toujours un soir, et toujours un matin.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :