eussé-je su, eussé-je pu

par ©dominique ottavi. Tous droits réservés  -  28 Mars 2013, 00:22

trop loin là-bas, les estuaires soliloquent. Nous sommes au monde, bien sûr, mais souvent je pense que le monde se porterait mieux sans nous. Et il le dit, le bougre! Nous sommes à l'insolence ce que le pêcher est à l'enfance, le tilleul à l'adolescence. Nulle plainte, non. Quelques grognements, et la nuit qui vient. La nuit venue. La nuit venue. Elle est là. Bonsoir, Clara.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :