Air

par dominique ottavi  -  21 Novembre 2017, 08:36

Il disait que parfois il manquait d'air. La faute à la cigogne. Peut-être aux courants d'air. Il savait que tous les chemins mènent à Rome, mais que la réciproque n'est pas vraie. Alors il balayait devant sa porte. Soigneusement. Conscienceusement. Mais la poussière lui revenait dans la gueule. Toujours. Au moment où il s'y attendait le moins. Ca ne lui servait pas de leçon. Il recommencait. Les débris d'âme, les miettes de coeur, les moutons du sentiment étaient les plus compliqués à évacuer et ils revenaient toujours les premiers. Il finit par brûler le balai. Mais non, je ris, pas déjà. Il en est incapable. Et sa fausse naîveté ne le sauvera pas , mais lui permettra encore sans doute de remettre le couvert, dresser la table pour ces festins sans commentaires ni couronnes, ni commensaux, sans rien à boire ni manger, mais le balai est là, à la bonne place, il la connaît, il la connaît...

copyright dominique ottavi. Tous droits réservés.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :