bribes

par dominique ottavi  -  30 Mars 2017, 10:28

je vis dans un monde obscur
inconcevable
un monde avec des rimes en ables
un monde sans ciel
et sans sable
et sans espace où poser ses pas
ce monde que nous avons laissé faire
sans horizon
sans demain
ce monde qu'il nous faut défaire
maintenant
sans plus tarder
défaire
pour le mieux reconstruire
comme dans les fables.

Débris d'empire
Dépits d'empire
Le pire n'est pas sûr
Mais il s'installe
Au vu et au su.

Si le coeur était un coup
Nous nous serions
Depuis longtemps envolés
La violence ne saurait être une solution .

Comme on respire
Il ment
Court après l'aspirateur
S'arrache les pages
De l'agenda
Les pages de sa vie
Il Rit
C'est bien
Tant pis
Il Rit
Et tout est dit.

Bien campé
Sur ses jambes
Il a de la chance
Le temps s'en va sans lui
Il finira bien
Par le rattraper.
Bonsoir la vie.

C'est fou comme les mots
Parfois
Peuvent tuer les mots
Comme la vie
Parfois
Peut tuer la vie
C'est la faute
Aux autres toujours
Au pape
Au président
Aux partis
Aux syndicats
Aux gens
Hey les gens !
On en dit quoi ?
Vraiment ?

Tu sais je repartirai
Comme je suis venu
Les pieds de travers
Et le coeur alangui
N'aurai plus peur de rien
Nanou
Sauf comme d'habitude
De moi
Qui ne suis pas rien
- il faut le dire quand même !!!

Tu reviendras
Suivant ta pente
Rien de nouveau
Rien de remarquable
Tu reviendras
Parce que l'on revient toujours
Tôt ou tard

Où l'on a failli.
Pour régler enfin!

Poète maladroit
Poète des états
D'urgence
Et de la dernière chance
Poète qui se gausse
Qu'on le nomme poète
Poète cet homme
Qui chaque jour
Ne peut faire autrement
Que de plonger toujours plus loin
Au coeur du langage
feuilles d'érable
fleurs
Condescendantes
Cette chance
Frémissante.

Copyright dominique ottavi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :