Toi

par dominique ottavi  -  17 Juin 2016, 20:21

Toi

Tu étais superbe comme le présent. Les ribambelles ne te touchaient pas. Rien ne pouvait te toucher, toi, la si libre, la belle envolée... Nous étions à quatre pattes dans la fournaise, et la braise ne nous disait rien qui vaille. Et puis tu t'es dressée, d'un coup, et, d'un coup, j'ai compris le combat auquel, sans me consulter, tu m'engageais : sois absolument vainqueur, et ne regrette rien ! Rien.

copyright dominique ottavi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :