Et du monde

par ©dominique ottavi. Tous droits réservés  -  29 Mars 2014, 22:00

Et du monde

ET DU MONDE

Petite sœur des marécages

Le roi bleu s’en est allé

Désolé, rien n’est oublié, tu peux me croire

Tu as beau pleurer dans le noir

La neige t’emportera

Toi, ton charme et tes larmes

Moi je fourbis mes armes

En tirant sur mon cigare, dans le noir

T’en fais pas, tes gammes, petite

Prendront pour roi le voyou

Le malfrat sans foi de ton choix, Noémie

Ton yoyou au loin qui coule

Faudra plus compter sur moi

Pour danser sur tes noires

Faire le beau sur tes blanches

Malgré tes longs doigts charmants, dans le noir

Faudra pas, pas t’inquiéter

Je me serai absenté

Seulement quelques petites années, en silence

Une petite éternité

Accroché, étourdi

Aux essieux de la vie

Sans payer, sans manger

Epargné et sauvé, et sauvé

Me voilà dans Zanzibar

Ma dernière chemise est sale

Petit jour, les yeux pleins de ciel, et puis quoi ?

Qu’ai-je trouvé, que ma mémoire ?

Des milliers de kilomètres

Sans trouver une route

Aller au bout de la terre

Pour y retrouver mes doutes, intacts, là

Les années ont passé

La caravane vient de partir

La nuit tombe sur le désert vide, je suis seul

Entre les dunes et ma solitude

Je trouverai le nombre

Je trouverai le chiffre

J’arracherai l’esprit

Au ventre de la lettre, et du monde

Je trouverai le nombre

Je trouverai le chiffre

J’arracherai la lettre

Au ventre de l’esprit, et du monde…

Novembre 1982 Nice

© dominique ottavi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Daniella 01/04/2014 00:13

arraches la lettre au ventre de l'esprit et du monde,oui,oui,et fais en une étincelle comme tu sais si bien faire,une ribambelle,une citadelle chaque fois conquise,chaque fois reprise,tu cherches à tout savoir des mots,tu cherches les mots secrets,les mots clé,ceux du cœur qui t'emmèneront au nivarna,là où plus de frontières,tu pourras renaître de tes cendres,jamais assouvies,tu es en quête...et moi je te suis ...des yeux.....