Trophée

par ©dominique ottavi. Tous droits réservés  -  16 Novembre 2013, 20:35

Trophée

Je ne vous avais pas demandé de m'aimer. Vous êtes venue de votre propre chef. Décoiffé comme il faut, le chef. Femme trophée. Atrophiée. Défenestrée d'elle-même, de sa propre fenêtre, de son propre chef. Femme falbala, légère comme une plume, vénéneuse comme le plomb. J'avais mes esclaves et j'avais mes rois. Ca ne comptait pas pour du beurre dans cet univers en collimateur. J'étais encore, certes, du clan des rêveurs, mais les capitaines étaient intervenus. Ca s'est passé très vite, comme en un rêve, aveuglée que je t'ai vue par tes propres délires, falsifiée, fossilisée, arrogante, telle une fée déchue, boursouflée de cet orgueil qu'on attribue aux montagnes, mais les montagnes sont humbles et respectent le voyageur. Tu voulais, toi, le voyageur, sans le voyage. Tu as gagné. Et je voyage encore.

©dominique ottavi. tous droits réservés

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

àdada 30/09/2016 19:47

Falbala tralala reviendra reviendra pas sourira, gnagnagna

Daniella 21/11/2013 14:56

retour du Dominique corrosif,un jet d'amertume pour la femme fatale,,heureusement que l'emblème féminin prend aussi d'autres tournures,sourire.